Switch : Le Bilan après quatre mois !

 

Nintendo Switch, la troisième voie !

Lorsque la Nintendo NX a été annoncée en mars 2015  tout le monde du jeu vidéo a poussé un “Ouf !” de soulagement. Moins de trois ans après le lancement de la Wii U, Big N décidait alors de se retrousser les manches et de changer de rapport suite aux déboires rencontrés par sa console actuelle. Sortie au moment de l’explosion des ventes de tablettes en tout genre (Androïd en tête), la Wii U et sa Mablette mastoc ont eu toute les peines du monde à trouver preneurs ailleurs que dans les foyers des fanboys (et fangirls) de la marque.

Pourtant dotées de titres accrocheurs et très bons comme Super Mario 3D World, Mario Kart 8, Bayonneta 1 & 2, Picmin 3 ou encore Yoshi Woolly World la machine a tout juste réussi à se classer entre la PS Vita (14 millions d’unités) et la Dreamcast (9 millions). Une console sur laquelle nous reviendrons pour sa rétrospective sur ce blog d’ici la fin du mois de juillet.

Nintendo se devait de réagir mais il a fallu attendre encore deux années pour enfin pouvoir s’essayer à la NX. Débarrassée de son nom de code peu évocateur quelques mois avant sa sortie officielle, la Switch débarque ainsi en mars 2017 avec beaucoup d’attente de la part du public mais aussi de nombreuses interrogations dans différents domaines : le gameplay, le catalogue de jeux/éditeurs tiers et les caractéristiques techniques de la console.

Après l’excellent Gamecube, avec sa Wii en 2006, le constructeur/éditeur japonais vient de séduire une nouvelle catégorie de joueurs. C’est l’avènement du Motion Gaming que la concurrence va tenter d’imiter (PS Move & Kinect) avec plus où moins de…malheurs ! Mais une fois l’attrait de la nouveauté passé la course à la puissance reprend le dessus et sur le meuble TV la Wii U se fait terrasser par la PS4 et la One tandis que le jeu mobile bât son plein avec des smartphones de plus en plus puissants et des tablettes toutes aussi véloces. Lorsque vous pouvez téléphoner, prendre des photos, écouter de la musique et jouer sur une machine qui vaut le prix de la Wii U le choix est vite défini !

Fort de son expérience dans le jeu mobile, Nintendo explore alors la voie d’une console pouvant tour à tour se brancher sur un écran plat et se glisser dans la poche (une grande poche pour le coup !).

Un concept parfait, des compromis évidents

Pouvoir jouer partout où presque (Aaargh ! Ce reflet ! 🙁 ); choisir trois configurations différentes : console portable en solo, tablette sur pied en multi / machine sur le dock dans le salon c’est génial ! Pourtant, des contraintes de puissances, de poids et surtout d’autonomie apparaissent assez tôt comme une évidence. Jusqu’à l’automne 2016 les gamers espéraient obtenir une architecture Nvidia Pascal (X2) dans leur Switch…Nintendo choisira un “simple” X1 de 2015 modifié. Un compromis pour la mobilité qui ne permet pas à la petite dernière de chez Big N de rivaliser avec ses concurrentes dopées en TéraFlops. Toutefois, entre une VR de niche qui cherche un moyen de se démocratiser et des consoles dont les itérations se rapprochent dangereusement (PS4 / PS4 Pro /PS5 ?)  Vs (One / One S / One X), la Switch sait s’ouvrir des portes et séduire de plus en plus ! Son catalogue s’étoffe de mois en mois et elle sera la première machine à permettre de jouer à des jeux comme FIFA 2018 en dehors du salon !

Utilisable instantanément, avec des titres qui ne requièrent pas des montagnes de Go de mises à jour chaque mois (Grrrears of Wars 4 !), transportable plus que portable mais capable de faire tourner des titres comme Breath of the Wild tout comme des jeux rétros; la Switch progresse à un rythme impressionnant. il ne lui manque QUE des éditeurs tiers fidèles et des applications comme Youtube / Molotov  TV/ Twitch /… pour réussir à devenir une incontournable.

Quelques défauts de jeunesse…

Des manettes qui se désynchronisent, une première mouture du Dock qui peut rayer l’écran et le dos de la tablette, des écrans blancs (de la mort !)…

Beaucoup de consoles connaissent des débuts difficiles à cause de défauts de fabrication (blue light of death de la PS4). Pourtant, le Gamecube, à son époque avait un des taux de retour les plus bas du marché face à la XBox et à la PS2 ! Nintendo a d’ores et déjà corrigé le tir et les nouvelles séries devrait gommer les bugs de jeunesse. Personnellement, mis à part l’affichage du % de la batterie erroné je n’ai pas rencontré de pannes sur ma version. De plus, si la machine affiche 1% de batterie, je peux continuer à jouer près de deux heures. Cette erreur se corrige en redémarrant tout simplement la console.

Et pourtant elle s’arrache !

Ruptures de stocks régulières, sortie de jeux “System Sellers” (Splatoon 2 en approche !), même si la petite Switch n’est pas sortie pour les fêtes de fin d’année fort est de constater qu’elle a su trouver son public. Nintendo a peut-être su réconcilier les hardcores et les casuals gamers ? Une console pour tous les rassembler et dans le salon les lier ! La route sera longue et semée d’embûches mais l’essentiel reste de fidéliser les joueurs avec des titres triples AAA tout comme des jeux à moins de 10 euros.

Après quatre mois d’utilisation “extensive” je suis confiant pour l’avenir de la console. Je ne pense pas que Nintendo sorte une Switch 2 ou une version plus petite. Le concept tient largement la route, est-ce que Nintendo réussira à tenir la distance sur plusieurs années avec des sorties de qualité ? Est-ce que le X1 ne crachera pas ses tripes trop rapidement sur des titres gourmands ? Les éditeurs tiers vont-ils porter la console ? Rendez-vous dans quelques mois avec des réponses sur un marché plus en flux tendus que jamais !

Si vous avez aimé ce contenu n’hésitez pas à visiter mon Tipeee, merci :

2 commentaires sur “Switch : Le Bilan après quatre mois !

  1. Echaudé par l’insuccès de la Wii U, crackée jusqu’à la moelle donc bon…
    Je suis content de ma PS4, mon fils de 9 ans et demi oscille entre PS4 et Wii U.

    A part pour les licences Nintendo, quel intérêt ?
    Le jeu nomade ? Qui n’a pas de tablette ou de smartphone…

    Donc le jeu Nintendo, nomade ou de salon…
    Vive la Hype quand on essaye de te vendre Arms alors que comme concept bien pourri…

    Le Mario Kart permettra de vendre encore… mais encore longtemps ?

    1. La Wii U arrive lorsque les smartphones et tablettes explose le marché mobile !
      Le nom Wii U n’était pas le bon en terme de marketing et l’utilisation de la mablette était discutable. Nintendo aurait pu en faire un appareil vraiment mobile avec un écran de qualité. Lorsque tu la déplaçait à quelques mètres de la console le signal ne passait plus ! décevant !

      Echaudé par l’insuccès de la Wii U, crackée jusqu’à la moelle donc bon…
      > Les haters n’achètent pas la marque mais ils ont tous des émulateurs Nintendo sur leur PC ou Raspberry Pi bizarre non ?

      Le jeu nomade ? Qui n’a pas de tablette ou de smartphone…
      > Pour jouer à FIFA, Xenoblade, Zelda, Skyrim,… ?
      > Pour se taper des pubs toutes les deux minutes / laisser l’accès à ses comptes, photos, agenda, répertoire téléphonique / devoir payer pour terminer un jeu censé être “gratuit” au téléchargement.

      Arms n’est clairement pas un system seller et se fait dézinguer par son manque de profondeur. J’en avais déjà parlé dans un article :
      “Personnellement, j’ai trouvé le Gameplay bien équilibré mais je trouve que le jeu manque cruellement de fond. J’ose espérer que les Devs ont inclus un Mode Histoire ou un truc du genre pour donner du corps à leur jeu. Je trouve aussi que le nombre de persos jouables est trop faible ! A voir dans le temps.”
      http://leblogdericgranier.org/2017/05/28/presentez-arms/

      Hormis Mario Kart c’est surtout Splatoon 2 et Mario Odyssée qui arrivent et qui vont tout déchirer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *