157960_front

Six ans après le premier film de la Saga tourné en 1979 par Ridley Scott, voilà que débarquait sur nos écrans Aliens : le Retour.

Sur une lune perdue, en 2179, la colonie LV-426 chargée de rendre respirable l’atmosphère entre en contact avec des entités hostiles.

« Ne la touche pas, sale pute ! »

 Les présentations et autres civilités sont derrières nous ! On plonge directement dans le vif de l’action. James Cameron insuffle dans son film une rythme effréné, à peine respirable, sur cette version longue proposée pour le trentième anniversaire de la franchise.

Alors que Mister Scott ménageait le suspense en laissant ses créatures au maximum dans l’ombre, le réalisateur de Titanic et d’Avatar, choisit délibérément de mettre en lumière nos Aliens préférés au format XXXL ! On ne compte plus le nombre de créatures qui seront dégommées par les Navy Seals de l’espace au cours du film. Ce qui n’aurait pu être qu’une suite ratée et bourrin devient, entre les paluches de Cameron, un film pop-corn jouissif sauvé par la relation « filiale » entre Ripley (Sigourney Weaver au top !) et Newt (Rebecca Jorden).

Au côté de « Ripley » on retrouve avec plaisir « Kyle Reese » (le père de John Connor) du premier Terminator. Dans un rôle qui lui convient à merveille,Michael Biehn (Terminator, Abyss, Tombstone), apporte une dimension humaine et dramatique parmi l’équipe de boys scout chargée de sauver la colonie LV-426.

Aliens 2 : Apports Edition Longue :

Pour ne pas spoiler ceux qui souhaitent découvrir cette version on peut dire que la majeure partie des plans se déroulent au début du film. Ils permettent de faire le lien entre le premier et la situation de départ du second Aliens. Après, on peut comprendre la suppression de ces scènes dans la version cinéma; elles ralentissent l’action mais constituent, pour les purs cinéphiles, des moments importants du métrage (comme découvrir l’univers de Newt, sa famille, avant les événements dramatiques de la colonie).

Trente ans après sa sortie cinéma (le 8 octobre 1986), Aliens, le Retour demeure encore un divertissement hautement recommandable et mérite de figurer dans la collection de tout amateur de SF digne de ce nom. Parmi les films de la saga les mieux restaurés en Blu-ray, ce volet figure en bonne place. Les noirs sont fidèles et profonds (pour un film se déroulant la majeure partie du temps de nuit ça vaut mieux !). Le grain de peau des personnages est souvent ahurissant de netteté (voir le début du trailer ci-après).

Bon film à toutes et à tous !

vlcsnap-2016-10-02-14h02m50s710
Un « facehugger » très câlin !

 

vlcsnap-2016-10-02-14h02m16s032
Newt, le calme avant la tempête.

 

vlcsnap-2016-10-02-14h10m48s860
Hicks en pleine action !

 

vlcsnap-2016-10-02-14h02m52s737

 

vlcsnap-2016-10-02-14h05m14s774

 

vlcsnap-2016-10-02-14h07m29s592
« J’ai fait une vilaine tâche propre… »

 

vlcsnap-2016-10-02-14h06m34s927

 

vlcsnap-2016-10-02-14h11m43s632
Une formation accélérée !

Quelques chiffres autour d’Aliens : le Retour :

  • Oscar des Meilleurs Effets Visuels 86′
  • Oscar du meilleur Montage Son.
  • 7 012 907 millions d’entrées en France.
  • Élu onzième meilleur film de SF de tous les temps par IGN.
  • Meilleure quatrième suite de film.
Voir le trailer en VO :

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Aliens II : le Retour [30éme Anniversaire]"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
iceman
Invité
Je n’ai pas un immense souvenir de celui là. Je préfère, le 1 et le 3, finalement et même le 4 a un petit truc. Mais c’est vrai aussi qu’il n’est pas comme beaucoup de numéro 2, raté, donc il est très regardable encore aujourd’hui (le 1 a vieilli tout de même).
Tiens, je me reverrai bien Abyss
Gilles
Invité
J’aime bien le 1er (ouverture de la saga oblige) et le 4 (Jeunet, what else ?). Je me suis fait l’intégrale (comprendre 1 à 4 + Prométhée), un régal. J’attends donc Prométhée 2 (Alien Covenant) pour l’année prochaine et Alien 5 pour… quand il sortira. Si je puis faire une suggestion : si vous aimez l’univers d’Alien, jouez au jeu vidéo Alien: Isolation qui met en scène la fille de Ripley sur une station spatiale qui a recueilli la boîte noire du Nostromo, sauf qu’un baveux a rendu visite avant elle à la station… (trop de côté infiltration pour moi… Read more »
trackback
[…] ce domaine, Scott envoie le bois ! Sans être aussi bourrin que Alien, le Retour, Covenant sait tenir le spectateur en haleine pendant les deux heures de la projection, je […]
wpDiscuz